Récap sur la situation des étudiants en fac pour ce deuxième semestre

La crise sanitaire en France est toujours préoccupante et un prochain reconfinement de quelques semaines semble être l’hypothèse la plus probable… Les étudiants sont de plus en plus nombreux à témoigner d’un certain mal-être qui les ronge depuis déjà quasiment un an et qui ne devrait pas prendre fin dans l’immédiat. Face à la détresse des jeunes, le gouvernement Castex a annoncé une série de mesures visant à leur redonner espoir et à faire preuve de soutien. On vous explique tout ci-dessous : 

« Pour la nouvelle génération. Par la nouvelle génération ! »

Un retour en présentiel envisageable ?

Face à la flambée des cas covid ces dernières semaines et d’un couvre-feu qui ne s’avère pas aussi efficace que prévu, le gouvernement a l’intention de durcir les mesures pour contrer l’épidémie. Depuis le reconfinement de novembre, les universités sont fermées et la grande majorité des enseignements se déroule en distanciel. Les mesures barrières se trouvent être très difficilement applicables dans un tel type de structure où le brassage des étudiants est constant, où la distanciation sociale n’est pas toujours possible comme dans les couloirs ou dans les petites salles de TD et où toutes les salles ne peuvent pas forcément être aérées. L’augmentation du nombre de cas à travers le pays conforte cette décision de garder -presque complètement- closes les universités jusqu’à nouvel ordre. Le second semestre devrait très probablement se dérouler intégralement ou en très grande partie en distanciel. Mais certains étudiants échapperont pourtant à cette mesure. 

 

Les L1 de retour sur les bancs de la fac 

 

En effet, les étudiants en première année de licence ont désormais l’autorisation de regagner l’université sous certaines conditions : 

  • les cours concernés sont seulement les TD et non les CM 

  • une jauge de 50% des élèves seulement devra nécessairement être respectée pour rendre plus accessibles les mesures de distanciation

  • le port du masque demeure obligatoire 

  • au moins 1 m, voire 2 face à l’arrivée des nouveaux variants, devront séparer deux élèves

  • les salles devront être aérables et aérées régulièrement

Mais cette autorisation ne concerne bien que les étudiants de première année : considérés comme les plus vulnérables psychologiquement et les plus enclins au décrochage scolaire, ce retour en présentiel leur assurera autant que possible un certain encadrement pédagogique et du soutien de la part des professeurs. 

 

Réadaptation pour le reste des étudiants 

 

Ainsi, les autres étudiants de la L2 jusqu’au M2 poursuivent leur scolarité en distanciel. Les facultés et les enseignants, souhaitant tout de même prouver leur bonne foi et encourager les jeunes à poursuivre leurs efforts, se sont pour la plupart accordés sur un réaménagement des emplois du temps et de l’organisation des enseignements. La difficulté de maintenir l’attention des étudiants en distanciel et d’assurer une qualité des cours égale à celle des cours en présentiel, a amené les établissements à repenser la gestion de ce second semestre. La Sorbonne Lettres (Paris IV) a par exemple décalé sa rentrée d’une semaine afin de laisser une certaine marge aux étudiants et aux professeurs pour mieux aborder cette rentrée. L’obligation d’assiduité aux cours a également été suspendue, de même que le choix normalement obligatoire d’un enseignement d’ouverture. Cependant ces quelques mesures, plus ou moins mises en place selon les universités, ne contentent pas de nombreux étudiants français qui réclament, à travers les réseaux sociaux ou des manifestations, un retour à la normale dans les plus bref délais. 

Les étudiants, les "grands oubliés du gouvernement"

Depuis le début de la pandémie de coronavirus et le premier confinement, les mesures de soutien et d’aides aux étudiants se faisaient rares. Les annonces du gouvernement ne prenaient pas toujours en compte l’incertitude et l’inquiétude qui régnait dans le monde de l’enseignement supérieur. Les boursiers ont pu bénéficier d’avantages supplémentaires comme des repas complets à 1€. Mais les colères se sont cristallisées avec l’autorisation de maintenir des partiels en présentiel tandis que tous les enseignements s’étaient tenus en distanciel. Dénonçant une rupture d’égalité, plusieurs étudiants ont appelé à boycotter ces partiels ou à opérer à des blocus. Plus récemment, des manifestations étudiantes comme à Paris ou à Lyon, ont eu lieu afin d'exhorter le gouvernement à autoriser à nouveau le présentiel. Sous le #EtudiantsFantômes sur Twitter, les étudiants témoignent de leur solitude et de leur difficulté à maintenir leurs efforts en distanciel. 

En réponse, Emmanuel Macron a annoncé trois nouvelles mesures phares : le retour en cours des L1 mais aussi la mise en place des repas délivrés par le Crous à 1€ pour l’ensemble des étudiants ainsi que la possibilité de bénéficier d’un “chèque-psy” pour tous les étudiants souhaitant entamer un suivi psychologique. 


 

Mais le Président s’est aussi montré très clair : pas de retour en présentiel dans l’immédiat. Il faudra encore faire preuve de patience et de courage avant de retrouver une scolarité normale. On souhaite très bon courage à tous les étudiants de France ! 

Notre chaîne Youtube,

pour t'aider à t'orienter en vidéo

Auteur : Norane Chiali

Présentation : Etudiante en licence de langues étrangères appliquées à la Sorbonne Paris 4, incollable sur Rimbaud, Tarantino et Jul, je débloque pour toi un nouveau skill : décoder tous les mystères du supérieur.

Un avis sur cet article ? Une question ?

Réagis ! Partage avec la communauté Teleskop 🥰

Bilan d'orientation gratuit

Discute avec notre équipe de jeunes diplômés !

Ils viennent de toutes les filières imaginables.

Ils étaient dans ton cas il y a quelques années. Le + ?

Ca se passe directement en DM via Instagram 🙂