Alternance : notre guide ultime

Que tu sois en passe d’obtenir ton bac ou déjà bien engagé dans tes études, que tu aies un profil littéraire ou manuel, l’alternance a l’avantage de s’adresser à tous. Elle te permet de combiner savoirs théoriques et pratiques que tu peux ainsi appliquer simultanément au sein de ton entreprise. Seulement voilà, tu n’as peut-être pas une idée bien précise de la carrière que tu veux avoir et choisir une entreprise, c’est un sacré engagement ! Alors comment faire ? TELESKOP te donne les clés de l’alternance pour te permettre de comprendre ce qu’elle implique et comment bien t’y préparer.

« Pour la nouvelle génération. Par la nouvelle génération ! »

L'alternance ? Mais pour quoi faire ?

Explorons ensemble ce qui fait de l’alternance un parcours en or.

  • Un parcours diplômant et une expérience professionnelle sur la durée

Et oui, c’est bien là l’aspect le plus séduisant de cette filière. Avec l’alternance, tu partages ton temps entre l’école et le travail. Les rythmes les plus courants sont souvent calqués sur ces modèles : 2 jours de cours / 3 jours en entreprise ou 1 mois de cours / 6 semaines en entreprise. 

L’avantage donc, c’est qu’à l’issue de tes années d’études, tu auras en poche un diplôme (il peut s’agir d’une Licence, d’un DUT, d’un Master etc.) et une véritable expérience professionnelle qui te permettra d’entrer sur le marché du travail bien plus facilement. Sans compter que l’entreprise dans laquelle tu auras été embauché aura payé tes frais de scolarité - que tu étudies dans le privé comme dans le public - et t’auras versé un salaire souvent non négligeable. 

  • Théorie et pratique : des études appliquées

Rester assis en classe toute la journée pour intégrer des savoirs théoriques n’est pas forcément la tasse de thé de tout le monde. Tu aimes appliquer concrètement ce que tu apprends, te sentir utile et t‘impliquer dans des projets où d’autres ont besoin de toi et de ton savoir-faire. L’alternance est faite pour toi ! Selon la filière que tu choisiras, les cours te serviront à être plus performant dans ton travail et te donneront les bases nécessaires pour exercer ton métier. 

  • Une promo de choc

Et ce n’est pas le moindre des avantages ! Bien souvent, les filières qui proposent une alternance comptent moins d’élèves que les filières générales. Ces petits effectifs permettent aux étudiants d’échanger et de partager leur expérience respective. Les conseils procurés par les uns et les autres sont souvent très précieux quand on fait face à certains problèmes pour la première fois. Gérer ses relations avec sa hiérarchie, être témoin ou victime de discrimination ou savoir gérer un simple malaise n’est pas inné. Avec tes camarades, tu te rendras compte que tu n’es pas le seul dans ce genre de situations et qu’il est possible d’agir. Pour une première expérience professionnelle, ce recul et ce soutien, aussi apportés par une équipe pédagogique très présente, sont inestimables.

Comment trouver son alternance ?

Comment trouver son entreprise ?

  • Où chercher, que chercher

Selon les études que tu as choisies de poursuivre, l’option de l’alternance va se présenter à différents stades de ta formation. Si tu es déjà avancé dans ton parcours, le choix de l’entreprise sera plus aisé et tu seras parfois accompagné et guidé dans ta recherche par ton école ou université. Certaines possèdent même des partenariats avec des entreprises qui leur assurent un certain nombre de postes, alors réservés à leurs étudiants. Renseigne-toi donc bien auprès de ton école pour prendre connaissance de ces accords. 

Si au contraire tu commences tes études et que celles-ci dépendent de l’alternance que tu trouves, la tâche sera sans doute plus longue. Sache que la plupart des sites de recrutement possèdent un filtre classant les annonces par type de contrat recherché, dont l’alternance. Ainsi, si les métiers de la com, de l’édition ou encore de l’audiovisuel t’intéressent, Profilculture est le site qu’il te faut ! LinkedIn répertorie également de nombreuses opportunités et cela vaut le coup de s’y inscrire pour se faire une idée. Enfin, ne jamais hésiter à envoyer des candidatures spontanées ! Les professionnels y sont souvent sensibles car elles montrent ton réel intérêt pour leur entreprise. Et surtout, ne jamais se démotiver ! 10, 30, 50 refus sont autant de candidatures qui augmentent des chances d’être recontacté.

 

H3. N°3. Construire son dossier

Pour bien commencer, il faut s’y prendre à temps. Tu dois trouver ton entreprise pour septembre ? Commence à envoyer tes premières candidatures dès février. Cela ne veut pas dire que si tu n’as pas trouvé en juin ou en juillet, toutes tes chances sont perdues ! Mais en commençant tôt, tu as le temps d’améliorer tes candidatures et d’avoir des retours de professionnels que tu pourras intégrer.

Une candidature béton, c’est souvent : 

  • Un mail de motivation : ne jamais se contenter d’envoyer sa candidature sans introduction ! On dit de plus en plus que les lettres de motivation sont passées de mode car les gens n’ont pas le temps de les lire. Si c’est le cas, ton mail est crucial ! Il doit résumer en 3 paragraphes grand maximum ce que tu écris dans ta lettre de motivation pour donner envie au recruteur d’aller voir plus loin, notamment ton CV.

 

  • Une lettre de motivation – 1 page maximum

- qui retrace très rapidement ton parcours (où tu en es dans tes études, ce que tu as étudié jusqu’à présent).

- qui cible un ou plusieurs postes qui t’intéresseraient (ou le poste en question si tu réponds à une offre). Il s’agit de montrer en quoi ce poste est cohérent vis-à-vis de ce que tu as étudié, que tu t’inscris dans une démarche logique, qui a du sens.

- qui montre pourquoi tu t’adresses à cette entreprise : explique-leur comment tu les connais, pourquoi tu veux travailler pour eux spécifiquement.

- qui leur prouve que tu leur apportes quelque chose qui leur sera bénéfique et qui te démarque des autres candidats. Exemple : tu postules pour un poste en communication et tu écris des articles pour un journal étudiant = tu sais écrire et t’adresser à des publics différents, parles-en ! Si tu n’as pas beaucoup d’expérience professionnelle, l’idée est d’insister sur les compétences dites « transverses », que tu pourras appliquer à ton nouveau métier (rédaction, organisation, adaptabilité etc.)

  • Un CV – 1 page maximum aussi

  • Une lettre de recommandation / un exemple de ce que tu sais faire (un article, le lien vers un site web que tu as créé, ton blog etc.)

 

N’hésite pas à relancer ceux qui ne répondent pas et fais bien la différence entre contrat de professionnalisation et d’apprentissage – selon ton école, il te sera demandé d’avoir l’un plutôt que l’autre, les avantages en tant que salarié n’étant pas les mêmes (salaire, statut, cotisations).

Cette expérience est l’une des plus enrichissantes que tu pourras vivre au sein de tes études et il te sera sans doute demandé d’en rendre compte sous la forme d’un rapport d’expérience par exemple. N’oublie pas de bien noter au fur et à mesure tes impressions – ta première journée, un souvenir embarrassant, tes responsabilités etc. Ces notes te feront sourire après coup et te laisseront un bon souvenir de ton année !

Notre chaîne Youtube,

pour t'aider à t'orienter en vidéo

Auteur : Mathilde Charras

Présentation : Rédactrice engagée pour favoriser l'accès à la culture pour tous, mordue des arts vivants et de la scène européenne.

Un avis sur cet article ? Une question ?

Réagis ! Partage avec la communauté Teleskop 🥰

Bilan d'orientation gratuit

Discute avec notre équipe de jeunes diplômés !

Ils viennent de toutes les filières imaginables.

Ils étaient dans ton cas il y a quelques années. Le + ?

Ca se passe directement en DM via Instagram 🙂