Pourquoi choisir une école post-bac et comment y entrer ?

Tu rêves d’intégrer une école prestigieuse mais tu veux à tout prix éviter de passer par une classe prépa ? Alors les écoles post-bac sont peut-être la solution !

« Pour la nouvelle génération. Par la nouvelle génération ! »

Qu'est qu'une école post-bac ?

Les écoles post-bac, ou écoles spécialisées sont des écoles qui proposent leur propre formation dans un domaine particulier, elles sont distinctes des formations des universités ou des prépas. La particularité de ces écoles est qu’il est possible d’y accéder directement après le bac, elles proposent ensuite des études courtes de 3 ans (licences ou bachelors) ou longues, de  4 ou 5 ans (master) voire des poursuites en doctorat. 

Il s’agit donc d’une “troisième voie” pour étudier dans le domaine de tes rêves. En effet les écoles post-bac existent dans de très nombreux sujets, commerce et ingénierie bien sûr mais aussi, architecture, art, design, informatique, tourisme, esthétique, langues, sport, journalisme…

Certaines écoles d’ingénieurs proposent par ailleurs un entre-deux entre école post-bac et classe prépa avec les « prépas intégrées », qui donnent accès à leur école sans concours à l'issue des deux ans de classe prépa. 

Enfin, ce qui fait la particularité des écoles post-bac c’est évidemment les méthodes d’enseignement. S’il est difficile d’établir des points communs entre toutes ces écoles dont les domaines n’ont parfois rien à voir,  elles partagent quand même certains aspects. De manière générale, les enseignements sont souvent plus portés sur des projets concrets et sur de l’oral contrairement à la fac et à la prépa.  L’accent est souvent mis sur la professionnalisation avec souvent des périodes de stages obligatoires mais aussi de nombreuses matières enseignées directement par des professionnels.  De nombreuses écoles post-bac portent également une attention particulière à l'internationalisation, elles proposent ou imposent des semestres à l’étranger dans leurs établissements partenaires, dans leurs propres campus à l’étranger ou bien dans des entreprises pour des stages internationaux.

Les écoles post-bac les plus connues 

Il existe des centaines d’écoles postbac, c’est pourquoi cette liste n’est pas exhaustive mais parmi les plus connues et prestigieuses écoles postbac on peut tout de même citer l’IÉSEG ou l’ESSCA pour les écoles de commerce, les écoles Polytech ou les INSA pour les écoles d’ingénieurs, les Instituts d'Études Politiques (IEP) ou « Sciences Po », mais aussi les ENSA en architecture, l’ENSBA en arts plastiques, EPITA en informatique…

A noter que beaucoup de noms d’écoles correspondent en réalité à plusieurs écoles indépendantes ou faisant partie d’un même réseau. Enfin, certaines écoles possèdent plusieurs campus mais délivrent le même diplôme. Si on prend l’exemple des IEP,  il existe dix “Sciences Po” qui correspondent à autant de diplômes différents mais 7 d’entre eux font partie du réseau du “concours commun”, et en plus de cela, Sciences Po Paris possède 6 campus délocalisés dans toute la France. 

Notre analyse des écoles post-bac

Les écoles spécialisées offrent de nombreux avantages, d’abord elles permettent d’éviter la prépa qui n’est pas faite pour tout le monde. En plus, en évitant ces deux ans très théoriques, les écoles post-bac permettent souvent une professionnalisation plus rapide. Ensuite, l’ambiance d’une école est complètement à part : en effet dans une école, tout le monde se suit pendant toute la durée du cursus et il existe souvent un « esprit d’école » qui se traduit souvent par une vie étudiante beaucoup plus développée qu’à la fac et on y trouve également bien plus d’associations étudiantes. Enfin de nombreux étudiants choisissent ces formations pour leur « réseau » puisque les réseaux d’« alumnis » (anciens élèves) permettent de construire son propre réseau de connaissances professionnelles notamment par des stages ou des rencontres. 

Néanmoins ces formations présentent également des points négatifs qu’il ne faut pas négliger. Il s’agit de formations très sélectives, de ce fait il faut parfois passer un concours pendant ou après l’année de terminale ou bien passer des oraux (voire même les deux) en plus d’un examen de dossier. Les taux d’admission varient grandement selon les écoles mais peuvent être faibles, autour de 25% pour l’IESEG voire très faibles, autour de 10% pour un IEP.

Y faire une demande d’admission sur Parcoursup est donc souvent plus contraignant que pour un cursus classique avec des démarches supplémentaires voire des frais de dossier possibles. Ensuite, la majorité de ces écoles sont privées, de ce fait des frais de scolarité importants peuvent s’y appliquer (autour de dix mille euros par an pour les plus onéreuses, aie, ça pique…) c’est pourquoi il faut bien se renseigner avant ou alors prévoir un financement (bourses, prêt étudiant, contrat étudiant pendant la scolarité…)). Enfin, le dernier désavantage des écoles post-bac se situe au niveau de leur renommée : en effet, dans de nombreux domaines et particulièrement en ingénierie et en commerce,  mais aussi en journalisme, les écoles post-bac sont moins reconnues et réputées que leurs concurrentes dont l’admission se fait uniquement à l’issue du concours après les deux ans de prépa. Il faut donc être bien attentif à cela et s'intéresser de près aux labels que possèdent certaines écoles et à leur reconnaissance par les professionnels car cela peut avoir un impact sur l’insertion professionnelle. En effet, si pour les écoles d’ingénieur et de commerce le taux de chômage reste faible après l’obtention du diplôme quelque soit la formation postbac ou non, ce n’est pas le cas dans tous les domaines. Par exemple, s’il existe une trentaine d’écoles de journalisme, seules 14 sont reconnues par la profession (dont l’admission se fait quasi exclusivement en master) et le taux de chômage y est huit fois moins élevé 18 mois après l’obtention du diplôme que pour les diplômés d’écoles non reconnues...

Notre chaîne Youtube,

pour t'aider à t'orienter en vidéo

Auteur : Léa Simic

Présentation : Etudiante de La Sorbonne en lettres-allemand, j'écris pour Teleskop depuis l'Allemagne. Fac, rédaction d'articles, Curry Wurst et Bretzel rythment mes journées.

Un avis sur cet article ? Une question ?

Réagis ! Partage avec la communauté Teleskop 🥰

Bilan d'orientation gratuit

Discute avec notre équipe de jeunes diplômés !

Ils viennent de toutes les filières imaginables.

Ils étaient dans ton cas il y a quelques années. Le + ?

Ca se passe directement en DM via Instagram 🙂